Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 19:55
1lesarcs061007.JPG
Depuis la fin du mois de juin, je souhaitais réunir toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenu et se sont impliqués dans la dernière campagne des législatives, autour d‘un grand pique-nique républicain, qui s’est déroulé ce samedi 6 octobre, aux Arcs-sur-Argens.

Claude Roux, mon suppléant, et Barthélémy Mariani, président de mon comité de soutien, étaient à mes côtés, et notre première pensée a été pour Jean-Yves Gosse, notre camarade, conseiller Général du canton du Luc, disparu prématurément voilà quelques jours. Après Max Demaria, décédé il y a quelques mois, notre famille politique subit de nouveau une grande perte, comme l’a rappelé le conseiller général et Maire de Lorgues en saluant leurs mémoires. 

Malgré le sentiment de regret et de perte ressenti par l’ensemble des participants, la journée s’est déroulée dans une grande convivialité et un réel plaisir à se retrouver. Si Robert Alfonsi, 1er Secrétaire Fédéral, et Pierre-Yves Collombat, Sénateur, se sont excusés de ne pouvoir être présents, nous avons salué le passage Christian Martin, Secrétaire National, venu en voisin de Draguignan. J'en profite également pour remercier nos hôtes, la municipalité des Arcs qui a mis à notre disposition la salle des fêtes, et surtout la section PS locale, son secrétaire Albert Debrachy et Roger Bellini en tête, qui ont organisé de main de maître ce rassemblement réussi.

Réussi, comme nous pouvons dire que la campagne des législatives l’a été, même si nous n’avons pas remporté la victoire. Car, ce qui a constitué notre première force, c’est l’envie spontanée de travailler ensemble pour promouvoir nos valeurs. C'est, avant tout, cette volonté sincère qui nous a amenés à être les seuls varois à représenter la gauche au second tour en juin dernier, et nous a permis d’obtenir un score honorable, le meilleur pour le PS depuis plus de dix ans dans la circonscription !

Aujourd'hui, dans cette période troublée où la droite s’ingénie à brouiller les cartes avec une prétendue ouverture, beaucoup de nos leaders parlent de la rénovation de notre parti, et les militants et sympathisant l’attendent ardemment. Ce renouveau, à mon sens, doit commencer par une clarification de nos idées, et de ce qui fait notre identité : les valeurs de solidarité, d’union, d’égalité, que nous voulons défendre, commençons par les faire vivre en notre sein, en mettant fin aux divisions, querelles de clans, et autres luttes intestines !

2Lesarcs061007-copie-2.JPG
Car il ne faut pas confondre les idées et les actions : celles-ci n’ont peut-être pas toujours, y compris chez nous, été aussi efficaces que nous l’aurions souhaité. Nous n’avons peut-être pas su prendre et traiter comme il l’aurait fallu un certain nombre de problèmes, notamment l’immigration, le terrorisme, la sécurité, les atteintes à l’environnement, les réformes nécessaires pour conserver nos acquis sociaux (sécurité sociale, retraites)… Nous avons, au PS comme ailleurs, été quelquefois dépassés par la rapidité et la dimension des progrès technologiques et de la mondialisation, essentiellement financière, qui les a accompagnés. Alors oui, nous devons résolument nous moderniser, considérer le monde tel qu’il est aujourd’hui, pour apporter des réponses modernes aux problèmes modernes. Mais pour autant, nos valeurs humanistes de solidarité, de justice sociale, sont loin d’être dépassées ! Elles sont au contraire, j’en suis persuadé, d’une actualité brûlante et d’une grande modernité.

C’est en restant ainsi nous-mêmes que nous pourrons avancer, redevenir crédibles aux yeux de nos concitoyens, et les convaincre que nous représentons un véritable espoir d’échapper à l’avenir sombre que nous prépare l’ultra libéralisme.

Cela passe aussi, bien sûr, par un renouvellement de nos propres méthodes de fonctionnement, de nos habitudes, y compris au niveau fédéral. La Fédération doit devenir la maison commune de tous les militants, un lien permanent entre eux, un outil de ressources. C’est aussi de cette manière que nous devons mener les combats électoraux qui nous attendent. Pour ma part, je suis convaincu que ce n’est pas en niant notre différence socialiste, comme nous y invitent habilement Sarkozy et la droite, et comme certains semblent localement tentés de le faire aux prochaines municipales ou cantonales en menant des listes "sans étiquette", que nous pourrons gagner !

Ce sont là les idées que j’ai voulu exprimer lors de cette journée devant la centaine de participants venus de toutes les sections de la 4ème et plus largement de tout le département, qui ont ensuite partagé le verre de l'amitié puis déjeuné en musique (grâce à notre ami et secrétaire de section de Vidauban, Jean François Cheppio). Un après-midi convivial et chaleureux, qui en appellera certainement d'autres, puisque d'ores et déjà, je réfléchis à vous proposer une prochaine rencontre amicale, d'ici à la fin de l'année, qui pourrait allier réflexion et détente...

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Législatives 2007
commenter cet article

commentaires

Humbert GURRERI 09/10/2007 08:03

Les socialistes tant décriés ces temps-ci par une presse aux ordres, doivent faire face à deux exigences :-    constituer des équipes pour affronter la droite dans toutes les communes de France-    réfléchir à leur avenir et à celui de leur PartiA cet égard ce pique-nique essentiellement convivial et festif a révélé par le nombre de convives et les discussions amicales mais non moins animées une très forte attente de remise en route, afin de reconquérir le plus rapidement possible la confiance de nos concitoyens.Les militants socialistes sont là et bien là, debouts. De grâce donnons-leur la parole et laissons-les faire.