Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 17:09
undefinedDès demain, 1er janvier 2008, la vie sera encore plus chère. Avec 4% d'augmentation du gaz, les augmentations conjuguées du pétrole, du lait, des fruits et des légumes, la réévaluation à la hausse du prix du timbre en mars prochain ou encore les prix de l'immobilier (qui loin de flancher ne cessent d'augmenter dans le Var), on est bien loin des promesses de celui qui se promettait le Président du Pouvoir d'achat.

Et c'est sans compter sur les nouvelles franchises médiacles voulues par N. Sarkozy et son gouvernement qui s'appliqueront dès demain, grêvant encore un peu plus le budget des Français, notamment celui des plus faibles revenus. Je vous propose à ce sujet de découvrir un article du journal Sud Ouest dans lequel
Guy Rambaud, président de la Caisse primaire d'assurance-maladie (CPAM) de Gironde, s'élève contre cette réforme.

Franchises « injustes »
Au 1er janvier, les assurés sociaux devront dépenser plus pour être soignés. Le système de franchise médicale sera étendu à de nouveaux actes médicaux et paramédicaux. Les franchises se répartissent comme suit : 50 centimes d'euros par boîte de médicaments, 2 euros par transport sanitaire. Le tout ne pouvant pas dépasser un plafond global de 50 euros par an et par assuré.

« Sud Ouest ». Quelle est la teneur de la réforme telle qu'elle vous a été présentée ?

Guy Rambaud : L'instauration de franchises médicales sert à responsabiliser les assurés sociaux à propos des coûts liés aux dépenses de santé. Les économies réalisées devraient permettre de financer la lutte contre la maladie d'Alzheimer, entre autres.

Pourquoi le conseil national des présidents des CPAM s'est-il prononcé contre l'instauration de cette loi ?
Parce qu'elle va à l'encontre des fondements de notre système d'assurance sociale ! Depuis 1945, on cotise selon ses revenus et on reçoit selon ses besoins. Désormais, on ne cotise plus à la même hauteur, il n'y a qu'à voir les exonérations mises en place pour les heures supplémentaires ou avec le paquet fiscal. C'est une réforme injuste et perverse pour l'assuré. Ils seront moins bien remboursés alors qu'ils continueront à cotiser toujours autant.

Quelles seraient les conséquences financières pour l'assuré social ?
Vous n'avez pas de problèmes de santé pendant vingt ans. Mais si un jour il vous arrive un problème qui nécessite des soins et plusieurs visites chez le médecin, et bien là, vous ne serez plus remboursés correctement alors que vous avez cotisé pendant des années. C'est tout le régime général solidaire qui est mis à mal.

Quelles seraient les solutions pour combler le déficit de la sécurité sociale ?

Le recours déposé auprès du Conseil constitutionnel a été rejeté. Il faut donc convaincre ceux qui font les lois que ces franchises sont mauvaises. Elles sont l'exemple même de la mauvaise mesure pour traiter un vrai problème. Le système de soin et de remboursement en France fait face à de réels soucis d'organisation. Il faut absolument confirmer les fondements de l'assurance-maladie pour garantir l'accès aux soins de tout le monde.

Source Sud Ouest / Propos recueillis par G. P.-B.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article

commentaires