Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2006 2 24 /01 /janvier /2006 18:42
Champignon nucléaireOn connaissait la faconde de Georges Bush Junior et de ses amis, prêts à tout, même au pire, pour tancer le terroristes et attiser, dans l'opinion publique, la peur et donc la soumission. Mais voilà qu'après s'être, non sans panache, démarquée de la position américaine, au début de la nouvelle guerre d'Irak, la France, par la voix de son président, Jacques Chirac, a décidé de rentrer dans le rang.

Depuis son discours, le 19 janvier dernier, à la base nucléaire de l'Ile Longue, les terroristes et les états qui les soutiennent savent désormais qu'ils n'ont plus qu'à bien se tenir, faute de quoi la France se réserve le droit d'utiliser l'arme atomique, de manière ciblée, contre eux.

" La France se réserve le droit de riposter de façon "non conventionnelle" (donc nucléaire, NDLR), "face aux dirigeants d'Etats qui auraient recours à des moyens terroristes contre nous..."

Cette rodomontade du chef de l'Etat m'a, comme beaucoup, scandalisé. D'abord, voilà des propos bien présomptueux quant à nos réelles capacités à peser militairement dans les conflits mondiaux. On peut le regretter, mais les faits sont là : même si les hommes qui la composent sont de valeur, notre armée est bien incapable de faire face aux défis majeurs des guerres actuelles et à venir. Il faut dire que derrière les discours de la droite, il y a, depuis 5 ans, une baisse dramatique des crédits d'entretien et de recherche. Cela ne va évidement pas sans pénaliser toute une industrie qui, notamment dans le Var, fait pourtant vivre de très nombreux français !


Mais il y a encore plus grave... Certes, c'est tout à l'honneur de notre pays que d'avoir su préserver une certaine autonomie en matière de défense. D'ailleurs, la France est l'un des rares pays européen à avoir sa propre capacité de dissuasion nucléaire. Mais jusque là, il n'avait jamais été question
aussi ouvertement de l'employer !
Peu de médias l'ont d'ailleurs relevé, mais savez-vous que les propos de Jacques Chirac sur l'utilisation possible de La Bombe contre des Etats terroristes ou présumés tels, vont à l'encontre des traités internationaux (notamment du Traité de Non Prolifération des armes nucléaire, ratifié en 1969) et de la Charte des Nations Unies pourtant signés par la France ?

"...conformément à la Charte des Nations Unies, les Etats doivent s’abstenir, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies..."


Franchement, les propos guerriers de Jacques Chirac sont outranciers et dangeureux. Je suis également consterné par le caractère peu diplomatique de cette déclaration. A l'heure où l'Iran et quelques autres pays comme la Corée du Nord, rivalisent de propos belliqueux ou menançantsfont monter les enchères et multiplient les menaces, était-ce bien utile de leur répondre nous aussi sur le même ton ?

Tout le monde le sait, l'usage même de la bombe nucléaire recèle en lui tant de riques pour l'humanité que le jeu n'en vaut pas la chandelle. On ne peut pas miser impunément sur les peurs en banalisant ainsi l'usage de la Bombe et en relançant, même de manière indirecte, la course à l'armement.

A titre de réflexion, voici ce que disaient, en mai dernier, les membres du Groupe de personnalités de haut niveau sur les menaces, les défis et le changement, lors la Conférence de l'ONU à New-york chargée d'examiner le TNP :

« L’usage d’armes nucléaires, qu’il soit accidentel ou intentionnel, risque de provoquer des pertes en vies humaines et des perturbations économiques de proportions catastrophiques. L’arrêt de la prolifération de ces armes et de leur usage, par des États ou des agents non étatiques, doit demeurer la première priorité de la sécurité collective ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans International
commenter cet article

commentaires