Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2006 2 14 /02 /février /2006 00:00
Le football n'est pas une marchandise et pourtant… Les clubs de foot de l'hexagone vont pouvoir prochainement être côtés en bourse ! Inutile de vous dire que je suis absolument contre cette décision car elle remet en cause tout ce que j'aime dans le sport et en premier lieu ce qui fait sa beauté : sa glorieuse incertitude !

Cette incertitude qui fait que jusqu'à la dernière seconde un résultat peut évoluer, un match basculer, c'est cela qui pourrait bien changer à terme avec la cotation des clubs en bourse. Comment croire que les actionnaires d'un club de L1 accepteront sans broncher un but encaissé contre le cours du jeu ou une élimination prématurée en Coupe ? En soi, cela fait partie de la dure vie de tout supporter mais pour les actionnaires, cela deviendra une perte substantielle d'argent... Et à terme, la défaite ne sera plus tolérable puisqu'elle entraînera fatalement un chute du cours de bourse !

La France libérale du football espère à son tour se vautrer dans la bourse et qui plus est, sans chercher à regarder ce qui se passe chez nos voisins européens ! 
Nos boursicoteurs du ballon rond auraient pourtant pu y constater que la plupart des clubs de football sont déjà revenus de cet Eldorado boursier... En Angleterre, Chelsea et Manchester United, deux des clubs les plus riches de la planète ne sont plus côtés pour ne pas risquer d'OPA.
En Italie, plusieurs faillites retentissantes sont en partie dues à l'introduction d'actions et aux revers boursiers qui ont suivi. Les plus gros clubs comme le Milan AC ou l'Inter de Milan refusent d'ailleurs de tenter l'aventure tout comme le Real de Madrid, le Barça ou le Bayern de Munich ! Seuls en fait quelques petits clubs peuvent encore succomber, çà et là, aux sirènes de la bourse. Mais les sommes levées sur les marchés ne leur ont jusque là pas permis de se faire un nom !

Contrairement aux invocations du Ministre des Sports Jean-François Lamour et des grands présidents de clubs français comme Jean-Michel Aulas, la bourse et l'actionnariat sportif n'ont finalement que peu d'intérêt financier. La cotation des clubs représente même, dans les faits, un très grand danger  !

J'estime que le football et plus généralement le sport européen ne doit pas succomber, lui aussi, aux théories ultra-libérales. Imaginez un peu ce que pourrait donner ainsi un paysage sportif européen fait de franchises à l'américaine, où les clubs changeraient de villes sans tenir compte de leur passé, où les supporters ne seraient plus considérés que comme des clients et où le résultat sportif compterait moins que le chiffre d'affaire des buvettes ou des boutiques...

Il est inacceptable que nos clubs, dont l'image et l'enracinement local est primordial, ne deviennent, avec cette loi, que de simples marchandises, soumises à la loi de l'offre et de la demande.

Comme bon nombre d'amateurs de sport et de football en particulier, j'ai encore envie de rêver pour un passement de jambes réussi, pour une reprise de volée, pour un but de raccro ou pour un arrêt décisif...



Crédits photo :
Libération/www.imedias.biz

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Sports
commenter cet article

commentaires