Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 11:55
L'abandon du CPE restera bien sûr un immense succès pour l'ensemble du mouvement social qui a rejeté avec force et intelligence cette mesure particulièrement inique pour les jeunes. Deux motifs de satisfaction retiennent plus particulièrement mon attention : l'ampleur de la mobilisation des jeunes et l'unité syndicale retrouvée.
 
En effet, le combat contre le CPE aura d'abord été marqué par le formidable mouvement citoyen de la jeunesse (que l'on croyait fataliste sinon perdue dans la "télé-réalité") pour empêcher que la France ne dérive vers une société qui broie les humains !
Cette prise de conscience est salutaire et peut incarner une nouvelle génération politique !
 
D'autre part, le front syndical étudiant et ouvrier s'est comporté de manière exemplaire. Il a su créér, dans l'unité indéflexible, un rapport de force sans précédent depuis 1968 qui sera certainement utile pour les luttes à venir.
 
Toutefois, après la  légitime satisfaction de tous ceux qui se sont battus contre le CPE, vient naturellement la prise en compte politique de cette situation. Cette victoire impose aux partis de gauche, notamment au Parti Socialiste, auquel j'appartiens, une éminente responsabilité.
 
D'une part l'adversaire, pour ne pas dire l'ennemi qui se trouve être le néolibéralisme, n'a pas disparu corps et bien avec le retrait du CPE. Cette forme de capitalisme ultra-financier, complétement débridé, et ses effets redoutables (chômage, précarité, exclusion, inégalités, violences, déculturation, vulgarité, discrimination ethniques, individualisme...) est toujours aux aguêts.

Le
néolibéralisme attend la première occasion pour reprendre son entreprise de démantellement de la société Française par l'intermédiaire de son bras séculier que sont les tenants actuels du pouvoir politique ! Méfions-nous car ces derniers veulent faire passer pour des réformes le renoncement forcé aux acquis sociaux et toutes les mesures destinées à retourner en arrière : dérèglementation sauvage du Code du Travail, retraites épaufrées, allongement de la durée du travail, assurance maladie amoindrie...
 
D'autre part, le Parti Socialiste apparaît, plus par défaut que par adhésion, comme  le dernier rempart (y compris vis-à-vis des autres sociétés européennes) face à ces méfaits et à cette tentative de déstabilisation de notre société.

Mais encore faut-il que le PS l'affirme clairement et parallèlement qu'il soit décapant dans ses propositions pour gouverner et contrer les méfaits du néolibéralisme. Nous devons, par exemple oser affirmer que les socialistes veulent imposer le capital, sécuriser le Code du Travail, revenir sur le financement des retraites ou sur celui de l'assurance maladie... Bref n'ayons pas peur de remettre l'être humain au coeur de la société !

 A lire également sur le sujet : La tribune de l'opposition que j'ai signé dans le bulletin municipal d'avril de Cogolin, l'écho cogolinois.



Source photo : Aujourd'hui en France/www.imedias.biz

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Mathilde 24/04/2006 14:15

Bien ton blog ! Envie de plus de lecteur ? Pourquoi ne pas venir enregistrer ton blog sur notre annuaire ?

Rendez vous à tous sur : referencement blog annuaire blog

c'est gratuit ! Ca ne vous coutera que 10 secondes ;) SOYEZ LES PREMIERS !