Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 22:36
Si je ne vous ai pas reparlé de l'affaire Cleartsream depuis quelques temps, c'est que je suis comme vous : je n'y comprend rien ! Sauf une chose : c'est qu'aujourd'hui, notre pays est aux mains d'hommes et de femmes qui ne se font pas une haute idée de leur éminente responsabilité et préfèrent passer leur temps à tenter de perpétrer des assassinats politiques aux frais des contribuables, plutôt que de gérer la France.

Et, pendant ce temps là, alors que certains prêtent beaucoup d'intérêt à cette affaire nauséabonde, les Français vont mal... Fermetures, licenciements massifs, délocalisations et autres plans sociaux (chez DIM et EADS par exemple) frappent de nouveau les salariés. Mais qui en parle ? Qui l'écrit ? Qui l'explique ? Personne ou presque. 

Et puis, cette semaine, le premier ministre lui-même décide finalement de monter au front. Il jure, la main sur le coeur, aux employés de la SOGERMA qu'il fera tout pour éviter le départ des emplois vers le Portugal. Il dit à qui veut l'entendre qu'il se battra pour conserver les 1000 emplois et l'activité sur le site bordelais... Et dire que dans un premier temps,
c'est tout juste si on entendait pas la majorité parlementaire expliquer que les salariés bordelais pouvaient s'estimer heureux que leurs emplois restent en Europe et se soient pas délocalisés en Asie !

Les indécentes incantations du 1er ministre relèvent bien évidement du mensonge et constituent, sans doute aucun, une injure de plus faite aux salariés ! En effet le premier ministre a tout simplement oublié de préciser que l'Etat, à la fois client et actionnaire de la Sogerma (à travers EADS), a lui-même contribué à la délocalisation de la maintenance de ses avions militaires au Portugal.

Comme l'a fait remarquer avec justesse le secétaire de la CFDT sur Europe 1 : "L'Etat s'est désengagé en tant que client et a organisé une délocalisation réelle qui supprime 1.000 emplois ! Maintenant l'Etat va devoir investir dans la réindustrialisation du site et ça va coûter finalement plus cher que cette délocalisation". Comme François Chéreque le souligne encore, le gouvernement a "une responsabilité sociale, en particulier vis-à-vis de ses clients", d'autant, faut-il le rappeler que l'Etat "était au courant" du projet de fermeture de l'usine Sogerma en tant qu'actionnaire d'EADS !

Que dire de plus ?

Crédit photo : AP/Nouvel Obs

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article

commentaires