Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 20:34
Article paru dans le Var Matin du 07/10/2006

 MAJ :  Retrouvez l'intégralité du discours prononcé par Michel Pineau lors de la cérémonie...


Permettez-moi tout d’abord, Jennifer et Lamjed de vous souhaiter la bienvenue dans cette salle réservée à la célébration des mariages à Cogolin. Un lieu toujours symbolique, mais qui l'est aujourd'hui encore plus que jamais pour vous deux, qui avez du endurer un long, difficile, et parfois injuste parcours d’obstacles pour avoir, simplement, le droit de vous marier…

Sachez que vous êtes ici chez vous…
Je veux saluer aussi vos familles, témoins et amis respectifs, qui vous font l’honneur et le plaisir d’assister à votre union. Je suis, pour ma part, très sensible au privilège que vous me faites d’officier au nom de la République au moment de vous jurer fidélité, secours et assistance.

Jennifer et Lamjed…
Ce jour est pour vous un grand événement !

Je suis d’autant plus heureux de célébrer ce mariage, qu’il me permet d’unir un couple qui a décidé de vivre, de travailler et de fonder une famille dans notre village.

Votre histoire, votre mariage, sont sortis de l’anonymat familial qu’il n’auraient jamais dû quitter. Car, votre union, pardonnez-moi de le dire aussi crûment, est tout ce qu’il y a de plus banal, au fond… En vérité, de quoi s'agit-il ? D'une histoire des millions de fois répétée, d'un homme et d’une femme qui s’aiment, et qui désirent, après trois ans de vie commune, s’unir en respectant l’une de nos plus anciennes institutions communes : le mariage !

Rien de ce qui a pu être avancé ces dernières semaines par certains pour remettre en cause votre union n’avait de sens. C’est d’ailleurs ce qu'a confirmé la Justice, qui a également rappelé que dans nos institutions, nul n'est au dessus des lois de la République,pas plus un Maire que n'importe quel autre citoyen! Bien au contraire, c'est lui qui doit en être le garant, c'est lui qui doit faire respecter l'égalité de chacun devant la Loi.

C’est finalement cette égalité qui prévaut aujourd’hui à Cogolin, puisque nous voilà tous réunis ici, et nous nous en félicitons !

Dans notre démocratie, on peut ne pas adhérer, à titre personnel, à l'esprit de la Loi... On peut juger celle-ci trop sévère ou trop laxiste, mais tout un chacun, et un élu du peuple en particulier, a le devoir de la respecter. Nul n’a le droit de l’ignorer ou de l’outrepasser.

Personnellement, et comme une grande majorité de Cogolinois, j’ai un attachement sans faille aux lois et aux valeurs de notre République qui fondent le socle de notre démocratie ! Et c’est parce que le combat que vous avez mené était juste, qu’il se confondait avec les idéaux humanistes qui m’animent et m’ont toujours guidés que je suis ravi d’officier aujourd’hui.

Mais assez parlé de toute cette regrettable affaire…

Chers Jennifer et Lamjed…
Vous voilà donc au seuil d’une nouvelle vie qui sera forgée par l’engagement que vous allez prendre dans quelques instants, ici même, dans cette maison commune.
Aussi, avant de procéder à cette union, j’aimerais, si vous me le permettez, brosser en quelques mots le portrait des deux futurs époux. Je commencerai par vous, chère Jennifer.

Vous avez 22 ans et êtes originaires du Nord de la France, de Boulogne-sur-Mer pour être très précis. Vous êtes descendue dans le Sud voilà 4 ans, pour profiter du climat, du soleil et de la beauté des paysages méditerranéens, mais aussi pour travailler, dans l’hôtellerie, comme femme de chambre.
Et c’est ici, à Cogolin, que vous avez rencontré l’amour, le grand, le vrai, en la personne de Mohamed.

Il y a tout juste trois ans, vous vous êtes rencontrés, au cours d’une soirée entre amis, comme des milliers de jeunes de votre âge. À vrai dire, ce soir-là, vous avez plus parlé que dansé… Et c’est ainsi que vous êtes devenus amis puis qu’une relation sincère et durable s’est installée entre vous deux puisque vous vivez maritalement à Port Cogolin depuis plusieurs années déjà.

Et pourtant, avant cette rencontre, rien ne semblait destiner vos deux vies à s’unir ainsi, géographiquement tout du moins…

Lamjed, vous êtes né voilà 27 ans en Tunisie, à Oledchamek, dans la belle région de Sous/Monastir. Après des études et des premières expériences réussies dans l’hôtellerie comme assistant maître d’hôtel ou chef barman, vous partez vous perfectionner en Allemagne avant d’arriver en France, ici même à Cogolin.

Vos professions respectives, dans le milieu de l’hôtellerie, constituent donc l’un des nombreux points communs que vous possédez tous les deux… Lamjed est un féru de sports mécaniques et de football, passion que vous assouvissez à deux, mais plus devant la télé que sur les terrains me suis-je laissé dire… Vous avez également un intérêt pour tout ce qui touche à la culture, à la littérature, à l’histoire ou à la politique…

Autant de passions et de valeurs que vous comptez sûrement transmettre à la petite fille que vous attendez pour novembre et qui marquera de son empreinte votre vie de couple…

Jennifer….
Lamjed…
Vous avez fait le choix d’officialiser votre union et d’entreprendre une nouvelle vie.

Ce choix est, à n’en pas douter, mûrement réfléchi. En vous unissant publiquement, vous vous engagez devant vos proches en espérant un avenir serein et meilleur pour vous et pour la famille que vous allez fonder. Le fait que vous ayez choisi Cogolin pour le faire nous honore !

Je n’aurai qu’un conseil : vivez pleinement votre bonheur : il ne dépend que de vous, de votre amour, de votre persévérance, de votre fidélité pour qu’il en soit toujours ainsi.

Au moment où vous rendez publique votre union, rappelez-vous également que le mariage reste une grande et belle aventure qui constitue le fondement d’une des valeurs sur lesquelles repose, depuis tant d’années, notre civilisation.

Jennifer, Lamjed...
Vous allez sortir d’ici, dans un instant, devenus Monsieur et Madame Mohamed.
C’est un moment qui compte… Savourez-le à sa juste valeur !

Permettez-moi, avant de procéder officiellement à votre union, de vous souhaiter au nom de tous les Cogolinois, bonheur et santé, ainsi que l’accomplissement de vos désirs les plus chers.

Lecture des actes du mariage

Voilà, je voudrais encore une fois vous féliciter et vous remercier de la belle leçon de courage dont vous nous avez gratifié. Car jamais, au fil des mois et des embûches, vous n’avez désespéré réussir à vous marier à Cogolin. Dans l’adversité, vous avez eu confiance en nos lois et en notre justice commune. Vous êtes la preuve que quand on est dans son bon droit, quand on respecte les institutions et les traditions républicaines, rien ni personne ne saurait vous empêcher d’obtenir gain de cause !

Lire aussi le compte-rendu de l'affaire sur le site de La Ligue des Droits de l'Homme (Toulon)

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Cogolin
commenter cet article

commentaires