Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 07:57
Heureux de retrouver ces pages après une fin d'été difficile pour le socialiste que je suis...

J'ai en effet tenu à retarder quelque peu mon premier article afin d'essayer de bien analyser ce qui se passe au PS, ce qui se dit, ce qui est sous-entendu à chaque sortie de nos "ténors".
Car entre La Rochelle et ses coups bas, les déclarations des uns et des autres dans la presse, je dois reconnaître que notre discours aux Français, autrefois déjà difficilement compréhensible, est devenu illisible, le PS donnant désormais l'image d'un parti entièrement tourné vers ses affaires internes au détriment des vrais problèmes de nos concitoyens.

On ne peut pas dire aux français : "Vous souffrez, mais attendez que nous ayons fini de nous taper dessus. Revenez-nous voir après le congrès de Reims en novembre..." Et pourtant, c'est ce que l'on a fait, à La Rochelle, à Paris, dans les médias... C'est intolérable et cela me conforte dans mon engagement de faire bouger les choses. Je pense qu'y compris à notre niveau, nous avons le pouvoir et le devoir de faire changer le PS, de bousculer ces mauvaises habitudes qui sont en train de couler notre parti.

C'est pourquoi je compte bien m'engager très fortement dans les jours, semaines et mois qui viennent pour proposer et participer aux nécessaires changements que notre parti doit opérer pour redevenir un parti porteur d'unité, d'espoir et d'avenir.

Michel Pineau


NB : Je serai présent, lundi 15 septembre à Draguignan pour participer au
débat sur les contributions (je parlerai de celle de Ségolène Royal, bien entendu), un débat organisé par l'inter-section CAD/SCOT Draguignan-Comps, à 18h15, à la Salle des conférences, à la MSJ de Draguignan.
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 07:39
Ségolène Royal, candidate au poste de Premier secrétaire du PS, a invité les socialistes à incarner "l'espérance" face à la "déchirure" que Nicolas Sarkozy impose, selon elle, à la France, en lançant samedi la présentation de sa contribution pour le congrès du parti en novembre.

"Nicolas Sarkozy nous avait promis une forme de rupture, aujourd'hui la France subit une déchirure", a lancé l'ex-candidate à l'Elysée, devant plus de 1500 de ses partisans réunis à la maison de la Chimie à Paris. "C'est la raison pour laquelle les socialistes et la gauche doivent être plus que jamais au combat et présents pour proposer, incarner, un espoir et une espérance", a-t-elle poursuivi.

Ségolène Royal était notamment entourée sur l'estrade par François Rebsamen, le numéro deux du PS, Jean-Louis Bianco, son co-directeur de campagne pendant la présidentielle, le sénateur David Assouline, ou l'eurodéputé Vincent Peillon.

Intitulée "Combattre et proposer", la contribution de l'ancienne candidate à la présidentielle est rythmée en sept chapitres : "combattre la mainmise du clan Sarkozy sur la France", "faire du socialisme une force neuve dans le siècle", "mettre l'économie au service de l'humain", "bâtir un état préventif qui attaque les inégalités à la racine", "repenser sans tabou la Sécurité sociale pour la sauver", "reconnaître la France métissée comme une chance" et "oser la démocratie jusqu'au bout".




Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 19:02
Chères amies, chers amis,
J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de notre contribution. Nous l’avons présentée à la Maison de la Chimie ce matin.

Vous pouvez aller la lire sur le site « Congrès utile et serein » (http://www.congresutileetserein.com) et, si vous le souhaitez, y joindre votre signature.

Merci pour votre  mobilisation et votre soutien.

À très bientôt,
Ségolène Royal


Liens rapides :

 Le site officiel de Désirs d'Avenir

Contribuez financièrement à Désirs d'Avenir

Le site officiel de la contribution de Ségolène Royal



Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 07:15

C'est à Solliès-Toucas, que s'est déroulé le traditionnel apéritif du parti socialiste Varois
. Près d'une centaine de militants de tout le département s'y sont rendus pour écouter Robert Alfonsi, notre premier secrétaire, tirer un bilan des six derniers mois marqués par la 1ère année de présidence Sarkozy et les dommages faits à la société française mais aussi par les résultats du PS aux élections municipales et cantonales ou encore sur l'état de notre parti à l'aube du congrès de Reims en novembre prochain.




J'étais personnellement à cette rencontre sympathique et si je partage l'essentiel de l'analyse de notre 1er secrétaire fédéral, je reste plus circonspect sur l'état du PS dans notre département et sur le bilan que l'on peut faire des élections municipales et cantonales de mars dernier dans le Var.


La poussée de la gauche n'a pas été malheureusement aussi sensible que sur le plan national et malgré la victoire emblématique de Marc Vuillemot à La Seyne, force est de constater que le PS a perdu des villes (La Londe, le Muy, Lorgues...). Personnellement, je pense que le bilan de cette période électorale doit être approfondi et qu'on ne peut se satisfaire de quelques coups d'éclats car ils constituent l'arbre qui cache la forêt. Le PS, qui trop souvent s'est renié sur des listes apolitiques, a perdu nombre de conseillers municipaux. C'est un fait majeur que l'on se doit de prendre en compte pour l'avenir.

Aujourd'hui, je constate que nombre de nos militants fidèles sont desemparés, désabusés et souhaitent que des hommes et des femmes volontaires puissent leur redonner l'envie de se battre pour leurs idées, localement, avec des méthodes nouvelles, plus en prise avec la société actuelle et sans cacher leur appartenance au PS, à ses valeurs et à ses combats. C'est ainsi que j'ai toujours conçu la politique et c'est ainsi que je compte, avec d'autres, proposer une nouvelle orientation pour notre fédération dans les mois à venir.

Michel Pineau


Lire l'article de Var Matin, paru ce lundi, qui revient sur le discours prononcé par Robert Alfonsi.






Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 07:11
Comme beaucoup, je lis attentivement "Politiquement Indiscret", la rubrique paraissant chaque lundi dans Var Matin. C'est en effet, et je ne peux que le regretter vivement ici, le seul espace (en dehors des périodes de campagne électorales) consacré à la politique locale dans les colonnes de l'unique quotidien départemental. Dommage que ce qui est relaté soit le plus souvent vu par le petit bout de la lorgnette, que l'on s'y intéresse plus aux petites ambitions des uns, aux petites déceptions des autres, mais bon, c'est, je le répète, la seule rubrique politique que nous ayons, alors faisons avec...

A ce propos deux brèves, évoquant deux de nos camarades, m'ont plus particulièrement interpellé lundi dernier !

L'une concerne, l'actuel responsable fédéral aux élections, Gilles Teisseire, aujourd'hui présenté comme le fer de lance de Bertrand Delanoë et qui aurait été précédemment le pilier du soutien à Ségolène Royal dans le Var. Permettez-moi d'être pour le moins surpris par autant "d'honneurs" ainsi rendu à notre camarade ! En effet, étant personnellement à l'origine, il y a plus de deux ans, de la création de Désirs d'Avenir 83, le comité de soutien à Ségolène Royal  dont je suis le mandataire dans le département, je puis affirmer que Gilles Teisseire ne s'est jamais manifesté autrement en faveur de Ségolène Royal que parmi les quelques 500 signatures du comité de soutien à la candidate socialiste. Ni plus, ni moins ! Il m' a semblé bon d'apporter cette précision pour que d'aucuns ne se sentent abusés !

Quant à la prise de position de Robert Alfonsi,  il m'apparaît regrettable, compte tenu de sa pertinence, qu'elle n'ait pu être débattue au sein des instances fédérales avant d'être livrée à la presse ! La générosité, la gentillesse et l'esprit militant de notre premier secrétaire l'imposaient d'autant qu'il nous a annoncé son souhait de se retirer et de quitter ses responsabilités !


Les deux brèves publiées lundi dans Var Matin :


Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 07:26
S'il est malheureusement une constante en politique, ce sont les retournements de veste et autres bifurcations aussi bien hasardeuses qu’opportunistes. Je pensais, naivement, que la nouvelle génération de leaders, éclose au sein du PS, était à l'abri de ces comportements. A commencer, je dois l’avouer, par Arnaud Montebourg, dont le dynamisme et l’attitude aussi déterminée qu’intransigeante m'étaient fort sympathiques. Arnaud était  contre le cumul des mandats, affichait clairement ses idées nouvelles et n'hésitait pas à mettre les pieds dans le plat et à taper là où ça faisait mal !

Las ! Comment ne pas être déçu aujourd’hui par celui lui qui fut l'un des tous premiers soutiens Ségolène Royal,  qui s'engagea à ses côtés pendant la campagne des présidentielles, devint son porte parole énergique (parfois un peu trop d'ailleurs au goût de certains), et qui vient, subitement de la quitter pour rejoindre un autre prétendant à la charge présidentielle !

Les bras m’en tombent ! Le député de Saône et Loire serait-il lui aussi victime du syndrome du pouvoir ? Non seulement, il a déjà effectué un premier renoncement en cumulant les mandats de parlementaire et de président de conseil général, mais en prime, voilà qu’’il entend désormais s'associer aux strauss-kahniens pour écrire avec eux une "contribution" en vue du Congrès du PS !

Je ne peux me résoudre à croire qu'Arnaud Montebourg, abandonnant ses idéaux, ne soit plus guidé que par ses ambitions personnelles, prêt à toutes les compromissions pour arriver à ses fins. Si pareille attitude décevante s’avérait et n’était pas dénoncée, elle justifierait alors tous les revirements possibles, comme celui que vient d’opérer ce prétendu responsable fédéral varois, hier thuriféraire de Ségolène Royal et aujourd’hui laudateur de Bertrand Delanoë !

Ce sont des pratiques d'un autre temps, des méthodes claniques dépassées, qu'il convient de rejeter collectivement. Il en va de la crédibilité de notre parti, notamment dans le Var !
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 08:00
Et si l’on profitait du congrès du PS
pour guérir enfin notre parti du syndrome du pouvoir ?



C’est donc parti… les prémices du congrès du Parti Socialiste de novembre prochain à Reims bruissent déjà des envies et ambitions de quelques signataires et autres ralliés, premiers ou derniers, en tout état de cause, camarades qui s’estiment prêts à assumer d’éminentes responsabilités au sein des futures instances fédérales, voire nationales !

Pour être honnête, je ne suis pas foncièrement hostile à ces approches, dès lors qu’elles ne représentent pas la seule motivation de ceux qui les expriment…

Pour autant, ces aspirations doivent être clairement affichées et surtout faire référence à quelques principes qui devraient être communs à tous les socialistes : rester proche des citoyens, être le reflet de leurs préoccupations, proposer des solutions susceptibles de participer à leur épanouissement.

Or après l’échec des présidentielles, dû aux divisions de notre propre camps, et malgré les bons scores obtenus aux élections locales, nous donnons de ce point de vue une image plus que confuse. Nos  responsables, à tous les échelons, semblent en effet plus souvent animés par la concurrence qu’ils se font entre eux pour asseoir leurs potentats ou en conquérir de nouveaux… que par la volonté d’être à l’écoute des citoyens.

Ce syndrome du pouvoir, qui affecte aussi bien les candidats à la magistrature suprême que de simples aspirants aux mandats locaux les plus modestes, sclérose littéralement les rouages et le  fonctionnement du parti socialiste, empêtré  ainsi, dans des querelles partisanes et des calculs d’appareil !

Cet enfermement sur soi est préjudiciable aux valeurs d’humanisme et de solidarité que nous sommes censés défendre, puisque beaucoup de Français et notamment les jeunes, même s’ils votent encore pour nous, avouent ne  plus se reconnaître dans le parti socialiste. Pareil aveuglement nous empêche aussi, et c’est plus grave, de voir que le monde subit une gigantesque mutation imposée par un capitalisme  mondialisé, débridé, ultra-financiarisé et dont le démantèlement actuel de la société Française, déployé par Sarkozy et les siens, n’est pas le moindre des effets.

C’est ainsi que pendant que nous nous préparons à nos sempiternels jeux claniques d’avant-congrès, il n’est pas beaucoup de voix qui s’élèvent au PS pour dénoncer franchement les ravages perpétrés par la droite, ces ravages qu’elle qualifie avec beaucoup de cynisme de « réformes indispensables à la France » :  démantèlement de la protection sociale,  disparition  du code du travail , remise en cause  du système des retraites,  dissolution en cours de la fonction publique, abandon progressif des services publics(  santé, éducation,  justice , police , Armée …). Face aux dangers que représentent pour les Français, notamment les moins favorisés, tous ces abandons, nous sommes totalement dépourvus d’idées et n’opposons que la cacophonie, orchestrée par les différents leaders de courants plus préoccupés d’envisager, de prendre ou de conserver le pouvoir !

Sur le plan départemental et toute proportion gardée, les mêmes causes produisant sans doute les mêmes effets, le « Syndrome du pouvoir » y est aussi pour quelque chose !

A mon sens il n’existe qu’un seul remède approprié : faire en sorte que les ambitions personnelles s’effacent derrière la motivation collective de l’intérêt général, celle qui consiste à prêter la plus grande attention aux gens, régulièrement et pas seulement au moment des scrutins,  à leur parler simplement et leur dire la vérité en regardant le monde tel qu’il est. Si nous ne nous plions pas à cette exigence, en nous débarrassant des querelles d’appareil c’est le PS qui risque de se perdre !

Concrètement et pour ce qui concerne la fédération du Var, il est donc urgent  de mettre en place, une véritable équipe fédérale, disponible, motivée, porteuse d’un vrai projet de fonctionnement, aux responsabilités clairement identifiées et surtout dépassant tous les clivages. C’est à ce prix seulement  que nous pourrons commencer à redonner confiance aux militants aux sympathisants et à reconquérir le cœur des Varois !  C’est dans ce seul objectif  que je compte m’engager personnellement !






Michel PINEAU
Secrétaire de la section
PS de Cogolin
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Congrès du PS 2008
commenter cet article