Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 18:25
Voici en avant première le texte que vous retrouverez dans quelques mois (sic) dans l'espace réservé à l'opposition municipale de l'écho Cogolinois. Il résume en quelques lignes la teneur de mes observations consignées dans le cahier de doléances de l'enquête publique sur le SCOT qui s'est déroulée dernièrement à Cogolin...

"Lors de l’enquête publique sur le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT), qui s’est déroulée en avril dernier en Mairie, je me suis permis de relever à l’intention de Monsieur le Commissaire Enquêteur quelques contradictions qui, je le sais, sont partagées par bon nombre de Cogolinois et d’habitants du Golfe.

En effet, les orientations proposées dans ce schéma suggèrent à la fois de préserver, à juste titre, notre environnement exceptionnel et plus particulièrement celui du littoral, tout en proposant des aménagements sur ce même littoral, en raison d’objectifs économiques.
Comment peut-on dès lors mettre en avant le nécessaire développement du tissu économique tout en voulant assurer une meilleure protection des espaces littoraux ?

Cette inquiétante ambiguïté est loin d’être levée, car aucune des dispositions avancées par le SCOT ne précise ni le devenir, ni la destination des secteurs concernés. Un sentiment renforcé par la possibilité offerte au SCOT d’une option spécifique d’aménagement du littoral qui permettrait l’ouverture à l’urbanisation d’espaces jusqu’alors difficilement constructibles.

C’est ce qu’espère sans doute la municipalité avec le Yotel, à Cogolin Plage, alors que ce site, économiquement viable, constitue, qu’on le veuille ou non, l’un des rares poumons verts du Golfe de Saint-Tropez !

Le SCOT n’est donc pas assez précis sur les projets d’urbanisation prévus sur notre littoral et nous ne pouvons pas en la matière accepter que des emprises importantes  puissent être livrées aussi facilement aux promoteurs.  

Il en va de l’avenir du Golfe et de Cogolin…"

Michel Pineau,
Conseiller Municipal Socialiste
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 15:52
Alors que la lamentable affaire Clearstream, après celle du CPE, est en train de faire sombrer un peu plus le Titanic gouvernemental, le besoin ou le souhait d'un changement de nos institutions s’avèrent de plus en plus prégnants.

Il est vrai que cette nouvelle crise politico-économico-affairiste n'est pas de nature à rehausser l'image désastreuse qu'ont nos concitoyens de la République. François Bayrou lui même, a raison quand il constate que "dans une démocratie normale, il y aurait de nouvelles élections... Mais je sais que la France n'est pas une démocratie normale !".
Toutefois, de là à vouloir faire table rase de nos institutions et à en conclure qu'il faut expressément changer la donne, je crois qu'il y a plus qu'un simple pas à franchir… comme semblent le fait certains en ce moment.

6EME OR NOT 6EME : LA N'EST PAS LA QUESTION !
D'un côté, il y a Arnaud Montebourg qui ne cesse de plaider, depuis des années pour une 6ème République, sans que l'on sache vraiment à quoi elle ressemblerait d'ailleurs...
De l'autre côté, on trouve Laurent Fabius, qui en appelle à une république nouvelle "parlementaire, stable et transparente". Les rôles de l'Assemblée Nationale et du premier ministre y seraient "renforcés" et celui du président serait "recentré sur l'arbitrage, le long terme et les valeurs qui fondent la cohésion de la nation". Une bonne odeur de 4ème République en somme avec son lot de majorités introuvables, d'instabilité politique permanente, et son président de la république inaugurant les chrysanthèmes. Cela rappelle également, plus près de nous, la situation italienne où, en raison d'institutions dominées par le parlementarisme, il n'est pas assuré que la victoire de la gauche donne à Prodi suffisamment de latitude et de stabilité pour gouverner sereinement !

LA GAUCHE DOIT PREPARER L'ALTERNANCE
Pour en revenir à notre situation franco-française, et l'affaire Clearstream qui ternit chaque jour un peu plus l'image et la respectabilité de notre démocratie, il s'agit surtout comme le dit Ségolène Royal, d'une "confirmation de la décomposition du régime chiraquien", de la "fin d'un règne sans éthique" et de "l'explosion d'un système qui fait la part belle aux méthodes occultes, aux coups bas et aux manoeuvres en tous genres".
Plus que la 5ème République en péril, il est surtout temps d'en finir avec les années Chirac. Ainsi que l'affirme Ségolène Royal, cette affaire vaut "leçon pour la gauche qui doit préparer l'alternance sans perdre de temps et surtout sans s'abîmer dans de vaines querelles !"
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 16:55
Après le retrait du CPE, c'est son grand frère le CNE, alias le Contrat Nouvelles Embauches qui a du plomb dans l'aile. Et cette fois-ci, ce n'est pas la rue qui lui a porté le coup décisif, mais les tribunaux et le Droit. Le conseil des prud'hommes de Longjumeau (Essonne) vient ainsi de juger le CNE d'une secrétaire contraire au Droit international et l'a requalifié en contrat à durée indéterminée. Présidé par un conseiller du collège patronal, ce tribunal a jugé que "l'ordonnance du 2 août 2005 instituant le CNE est contraire à la Convention 158 de l'Organisation internationale du travail (OIT) du 22 juin 1982".

Un sacré revers pour le gouvernement, qui n'avait certainement pas besoin de ça après le retrait du CPE et l'explosion de l'affaire Clearstream. Une décision, qui si elle devait faire jurisprudence, pourrait bien vite faire tâche d'huile et enterrer définitivement le CNE. Toutefois, l'employeur, mandataire judiciaire, condamné ce vendredi a annoncé "faire appel" d'un jugement "politique" rendu selon lui "au mépris de l'application de la Loi". Et il semble que le Parquet, autrement dit l'état, devrait faire de même dans les prochains jours, cela d'autant que le Conseil d'Etat avait jugé le CNE juridiquement valide, dans sa décision exécutoire rendue publique le 19 octobre 2005.

Reste que toutes ces gesticulations désespérées, visant à sauver un contrat de travail au rabais et critiqué de toute part, ne devraient empêcher l'enterrement en catimini du CNE. Ce jugement intervient d'ailleurs après un précédent, le 20 février dernier par ce même tribunal prud'homal, qui condamnait une PME de l'Essonne à verser des dommages et intérêts à un salarié de 51 ans pour recours et rupture abusifs d'un CNE, mais sans faire référence explicitement à la convention de l'OIT. Un CNE auxquels les patrons ne semble guère croire... Jean Lardin, le président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) estimant, quoi qu'il en soit, "inquiétant" le "manque de sécurisation juridique" entourant le dispositif.

Toutefois une question se pose : qu'arrivera-t-il, dans les mois à venir, pour les "près de 500.000 contrats nouvelles embauches" qui, selon Dominique de Villepin, le Premier ministre, ont d'ores et déjà été signés ? D'autant que d'autres décisions prud'homales sont attendues dans les semaines à venir, notamment à Paris où une "quinzaine de dossiers sont en attente"...
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 13:06
On le suspectait depuis des mois de lorgner vers l'électorat de l'extrême droite, mais après ses déclarations franches et directes, le week-end dernier, on n'a plus aucun doute sur les véritables intentions de monsieur Sarkozy !
Ainsi, le chef de l’UMP ne vise pas seulement les électeurs du Front National ou ceux de De Villiers, mais a décidé ouvertement de s’approprier les idées qu’ils défendent ! "On en a plus qu'assez d'avoir en permanence le sentiment de s'excuser d'être français" a-t-il expliqué devant un parterre de nouveaux adhérents de l'UMP, totalement conquis. Et d'ajouter : "Si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter". Un discours sans équivoque qui plagie le célèbre slogan Le Peniste "La France aimez là ou quittez là", lui même éhontemment copié par Philippe De Villiers.

Froid dans le dos !
Les relents extrémistes de Sarkozy n'en sont donc plus et c'est ouvertement qu'il souhaite, en vue des présidentielles, "faire de l'UMP un lieu de rassemblement et d'ouverture" (sic !) y compris, a-t-il ajouté, en se tournant vers "la gauche populaire". Cette tentation vers les extrêmes a de quoi faire froid dans le dos tant elle rappelle les pires heures de nos démocraties.
Il y a encore dix ans, ces propos scandaleux et pour tout dire ce racisme latent, étaient l’apanage de Le Pen et de ses porte-parole. En 2006, c'est dans un discours de l'UMP qu'on les retrouve ! Un discours prononcé sans vergogne par un fils d'immigré lui-même.
Plus qu'un glissement sémantique, ces paroles inqualifiables sont bel et bien la preuve tangible du véritable visage de Sarkozy et de l'UMP !

L'absence de réaction dans son camp démontre malheureusement que la droite dite Républicaine n'est plus et qu'elle est désormais prête à toutes les compromissions pour rester au pouvoir !

Source photo : Libération/www.imedias.biz
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 11:55
L'abandon du CPE restera bien sûr un immense succès pour l'ensemble du mouvement social qui a rejeté avec force et intelligence cette mesure particulièrement inique pour les jeunes. Deux motifs de satisfaction retiennent plus particulièrement mon attention : l'ampleur de la mobilisation des jeunes et l'unité syndicale retrouvée.
 
En effet, le combat contre le CPE aura d'abord été marqué par le formidable mouvement citoyen de la jeunesse (que l'on croyait fataliste sinon perdue dans la "télé-réalité") pour empêcher que la France ne dérive vers une société qui broie les humains !
Cette prise de conscience est salutaire et peut incarner une nouvelle génération politique !
 
D'autre part, le front syndical étudiant et ouvrier s'est comporté de manière exemplaire. Il a su créér, dans l'unité indéflexible, un rapport de force sans précédent depuis 1968 qui sera certainement utile pour les luttes à venir.
 
Toutefois, après la  légitime satisfaction de tous ceux qui se sont battus contre le CPE, vient naturellement la prise en compte politique de cette situation. Cette victoire impose aux partis de gauche, notamment au Parti Socialiste, auquel j'appartiens, une éminente responsabilité.
 
D'une part l'adversaire, pour ne pas dire l'ennemi qui se trouve être le néolibéralisme, n'a pas disparu corps et bien avec le retrait du CPE. Cette forme de capitalisme ultra-financier, complétement débridé, et ses effets redoutables (chômage, précarité, exclusion, inégalités, violences, déculturation, vulgarité, discrimination ethniques, individualisme...) est toujours aux aguêts.

Le
néolibéralisme attend la première occasion pour reprendre son entreprise de démantellement de la société Française par l'intermédiaire de son bras séculier que sont les tenants actuels du pouvoir politique ! Méfions-nous car ces derniers veulent faire passer pour des réformes le renoncement forcé aux acquis sociaux et toutes les mesures destinées à retourner en arrière : dérèglementation sauvage du Code du Travail, retraites épaufrées, allongement de la durée du travail, assurance maladie amoindrie...
 
D'autre part, le Parti Socialiste apparaît, plus par défaut que par adhésion, comme  le dernier rempart (y compris vis-à-vis des autres sociétés européennes) face à ces méfaits et à cette tentative de déstabilisation de notre société.

Mais encore faut-il que le PS l'affirme clairement et parallèlement qu'il soit décapant dans ses propositions pour gouverner et contrer les méfaits du néolibéralisme. Nous devons, par exemple oser affirmer que les socialistes veulent imposer le capital, sécuriser le Code du Travail, revenir sur le financement des retraites ou sur celui de l'assurance maladie... Bref n'ayons pas peur de remettre l'être humain au coeur de la société !

 A lire également sur le sujet : La tribune de l'opposition que j'ai signé dans le bulletin municipal d'avril de Cogolin, l'écho cogolinois.



Source photo : Aujourd'hui en France/www.imedias.biz
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 19:33
Après plus de trois mois d'une lutte digne et exemplaire menée par les lycéens, les étudiants, les salariés du public comme du privé, et soutenue par l'ensemble des partis de gauche, depuis quelques heures, ca y est, on peut le dire, le crier sur les toits même, le CPE est mort et enterré !

Cela dit, la tentative de la droite de rayer d'un trait de plume de nombreuses pages de notre Code du Travail, n'a pas été loin de réussir.

Aussi, pour bien garder en mémoire ce que la droite a dans la tête, voici un petit clip évocateur trouvé sur le site du PS.

Cliquez sur la photo pour lire la vidéo
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 19:12
J'étais présent à Draguignan le 28 mars dernier, lors de la dernière manifestation en date contre le CPE.

Au milieu de 3 000 personnes (un nombre de manifestants qui revêt un caractère exceptionnel pour cette ville), j'ai pu mesurer l'immense mobilisation des jeunes et de leurs familles pour exprimer leur farouche opposition à une mesure aussi injuste qu'inepte !

Non seulement le CPE est une atteinte portée au code du travail mais c'est aussi un mépris pour la jeunesse Française reléguée à une flexibilité sans avenir.

Aussi devant l'entêtement irresponsable dont font preuve les deux pilliers de l'exécutif Français pour faire passer en force cet article de loi, je ne peux que vous exhorter à venir de nouveau manifester à Draguignan, le mardi 4 Avril à 10h30, place de la préfecture, pour faire reculer Chirac et son gouvernement !
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 00:00
Le Conseil Municipal du 14 mars approche à grand pas... Un Conseil au cours duquel sera présenté le Budget Primitif 2006.
L'occasion de revenir sur l'épilogue de l'affaire de la Manufacture des Tapis, qui, en novembre dernier, a démontré les aléas de la gestion Sénéquier...




La Ville devra payer dans l'affaire de la Manufacture des Tapis
(article paru le 9 novembre 2005 sur le site PS de Cogolin)

Lors du Conseil Municipal, M. Sénéquier a dû annoncer une décision de justice qui ne lui a certainement pas fait plaisir. La Ville de Cogolin a finalement été condamnée dans l’affaire de la Manufacture des Tapis et obligation lui a été faîte de l’acheter !

Ce jugement met donc fin à près de dix ans d’atermoiements et d’autisme de la part de la municipalité. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision qui consacre enfin le choix, fait sous l’ancienne municipalité, de maintenir cette structure dans le patrimoine communal.

Pour des raisons partisanes, M. Sénéquier a, pendant toutes ces années, tergiversé, cherché à gagner du temps et s’est obstiné à ne pas répondre favorablement aux décisions et autres injonctions de la justice.

Une attitude qui va coûter cher aux contribuables Cogolinois !

Aujourd’hui, cette attitude va coûter cher à la Ville et avant tout à ses habitants ! Car ce sont bel et bien les contribuables Cogolinois qui devront assumer l’entêtement de M. Sénéquier et payer les dommages et intérêts et les pénalités de retard auxquels la ville a été condamnée.

Cette affaire illustre une fois encore l’incohérence, l’imprévoyance et l’injustice de l’équipe municipale en place, que nous n’avons de cesse de dénoncer.
Car, ne nous y trompons pas, les sommes qui vont devoir être déboursées suite à ce jugement auraient pu être infiniment mieux utilisées notamment pour développer les services de proximité que beaucoup de cogolinois réclament !
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 19:28
A chaque semaine suffit sa peine. Cette fois-ci, ce sont nos tout petits que vise N. Sarkozy. Prenant appui sur un rapport déjà très controversé de l'INSERM, le Ministre de l'Intérieur-candidat, veut faire entrer ses théories du tout sécuritaire dans les maternelles et les crèches !

Fliquer et lister les enfants : l'idée devrait paraître saugrenue voire folle à la majorité des français mais apparemment elle semble intéresser le locataire de la rue Beauveau et certains de ses amis de l'UMP. Selon eux, la délinquance des adolescents et des adultes pourrait en effet être détectée scientifiquement dès le plus jeune âge...

Il y a quelque mois, le député UMP du Val-de-Marne,
Jacques-Alain Bénisti, ardent partisan de la méthode prédictive comme le définit Libération, rendait un rapport au Premier Ministre dans lequel il traçait le «parcours déviant» du jeune qui «s'écarte du droit chemin» ! Simultanément ou presque, le Syndicat des Commissaires de Police proposait de rechercher les comportements précurseurs de la délinquance «dès la crèche, la maternelle ou l'école primaire».

Des théories fumeuses et dangereuses en partie étayées par des experts de l'INSERM, dont le rapport,
publié en septembre dernier, fait ces jours-ci beaucoup parler. Bien que décriée par la plupart des spécialiste de la petite enfance (1), cette étude permet de donner un vernis scientifique inquiétant qui conforte le président de l'UMP. Car ce dernier entend bien en tirer des enseignements pour une future loi sur la prévention de la délinquance.

Pour faire simple, l'étude explique qu'il est possible de repérer « des perturbations du comportement dès la crèche et l'école maternelle ». Comme si les colères des bambins, la remise en cause de l'autorité des adultes ou les tentatives de contourner les interdits n'étaient pas des passages obligés, des d'actes contribuant à l'affirmation du jeune enfant et de son éducation. Cette étude, au mépris de tout le savoir accumulé depuis un siècle sur le développement des enfants, stigmatise au contraire ces comportement naturels comme ceux de futurs délinquants ! Selon l'INSERM, « la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme, l'agressivité, l'indocilité ou l'impulsivité » seraient des indicateurs fiables pour déterminer le caractère agressif du futur adolescent ou adulte !

Même si cela n'était pas le but recherché par les scientifiques qui ont rédigé ce rapport, reste que tout cela conforte la vision d'un état policier cher à N. Sarkozy, ce qui lui permet en outre, une fois encore, de séduire l'électorat de l'extrême droite. Dernièrement, il nous expliquait que les statistiques, pour l'instant illégales, sur l'origine ethnique des délinquants pouvaient nous éclairer sur notre société. Une manière polie de dénoncer les maghrébins, les noirs et les immigrés comme étant la principale cause d'insécurité. Aujourd'hui, il semble qu'un nouveau cap odieux ait été franchi : on pourrait donc bientôt désigner dès leur plus jeunes âge les futurs casseurs, voleurs, violeurs, uniquement par leur comportement à la crèche.

Vous vous en doutez, en tant que démocrate et profondément épris des idéaux humanistes, l'émergence d'une thèse aussi hasardeuse ne peut que m'inquiéter au plus haut point ! Peut-être avez-vous vu le film Minority Report, où des policiers génétiquement modifiés pouvaient arrêter un criminel avant même qu'il ne commette son acte ? Et bien, ce que nous propose le futur candidat de la droite décomplexée, c'est ni plus ni, moins que de mettre en pratique une selection pseudo-scientifique de nos bébés, de nos enfants... Une thèse digne justement d'un film de science-fiction. Or, on le sait, ce genre cinématographie et littéraire n'existe bien souvent que pour dénoncer les abus de nos sociétés passées, actuelles et futures.

(1) «Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans» : une pétition lancée par des professionnels de la petite enfance et des psychologues. Elle receuille déjà près de 30 000 signatures (magistrats, professionels, particuliers...)

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 18:02
Grippe aviaire, précaution et cafouillages… Entre médias en alerte maximum, principe de précaution exacerbé et approximations sanitaires, il y a de quoi s’interroger.

Deux canards innocents sont morts… Le premier cas sur notre territoire, constaté sur le territoire de la commune de Joyeux dans l’Ain a été suivi hier d’un deuxième qui est lui aussi passé de vie à trépas, dans le même périmètre. Ce phénomène, dramatique pour les canard sauvages, traduit à la perfection l’effet papillon. Le monde tremble, la France instaure l’état d’urgence sanitaire, les médias en font des tartines et la filière avicole accuse le choc avec un recul de la consommation de volailles de près de 15 % en France quand l’Italie, qui s’inquiète pour ses cygnes malades, en est déjà à 70 % ! Ce qui prouve au passage que l’on a encore de la marge dans l’affolement !

Bien sûr, il est nécessaire que tous les services d’urgence restent en alerte et que la vigilance soit de mise pour tout ce qui concerne les affaires sanitaires. L’OIE (Office International des Epizooties) s’en charge d’ailleurs fort bien depuis de nombreuses années. En collaboration avec les États, il observe, prévient et donne les conseils nécessaires pour juguler ou réduire les épizooties (les maladies des animaux, pour simplifier).

Pour autant, à ce jour, seule une grosse soixantaine d’oiseaux a été retrouvée morts en Europe, atteints par ce virus, pour l’instant non transmissible à l’Homme (sauf à être en contact direct avec le sang contaminé, de plaie à plaie). Dans le même temps, ce sont d'ores et déjà 77 Français qui sont morts en quelques mois et 130 000 qui sont touchés, à la Réunion, par le Chikungunya, dans une relative indifférence… Les services sanitaires de l’île connaissaient l’existence du problème mais l’Etat a mis un temps fou à en saisir la gravité : ce virus, transmis par les moustiques, n’a-t-il pas été qualifié hâtivement par le gouvernement de simple grosse grippe, il y a encore trois mois. Dans l’urgence, désormais, on pulvérise de l’insecticide à outrance sans en mesurer toutes les conséquences… Ces produits, nocifs pour les moustiques, le sont aussi pour l’Homme.

N’y aurait-il pas deux poids et deux mesures ? Les moustiques sont-ils moins « croustillants » que le poulet ? Les électeurs de la Réunion seraient-ils moins importants que ceux de la métropole pour que l’on se désintéresse ainsi de leur santé pendant près de trois mois ? Ou peut-être vaut-il mieux s’effrayer à moindres frais d’une épizootie pour laquelle on possède des vaccins et des médicaments que d’avoir peur d’un virus dont on ne sait presque rien et qui s’avère difficilement contrôlable ? Toujours est-il que le gouvernement n’incite pas les citoyens à l’admirer pour sa clairvoyance et son sang-froid dans l’action !


A lire :

Urgence à La Réunion face à l'épidémie

Le virus du chikungunya fait de plus en plus de victimes et il reste une énigme pour les médecins. A Paris, le gouvernement joue un mauvais remake de la canicule.

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Politique
commenter cet article