Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 19:17
laissezlesgrandirici.jpgC'est une fois les campagnes passées que le vrai visage de la France sarkozyste se rappelle à nous. Et là, il n'est plus question d'ouverture à gauche, de social, de bons sentiments !

Ainsi, près de chez nous, dans notre propre département, aux Arcs, une famille d'origine algérienne, bien intégrée et qui a trois enfants scolarisés au village, risque d'être expulsée dans les tous prochains jours parce qu'elle a tentée de se faire régulariser l'an passé, avec la circulaire Sarkozy. Le refus des services de l'Etat a bien été attaqué au Tribunal Administratif mais le recours n'est pas suspensif et
c'est, "comme promis", d'ici la fin de l'année scolaire, que la famille pourra être "reconduite à la frontière" par les forces de l'ordre ! Autant dire dans les jours qui viennent... Aussi, l'heure est grave et je me devais de m'associer à la mobilisation (comme je l'ai déjà fait l'an passé)

Personnellement, je tenais à dire ici que j'apporte mon soutien total au comité local qui vient d'être monté aux Arcs pour sauver cette famille de l'expulsion. J'en appelle à toutes les autorités compétentes pour que le cas de cette famille soit rééxaminé au plus vite et que les enfants puissent être assurés de continuer leur scolarité dans nos écoles.

Cette situation illustre bien la gravité des mesures prônées par l'ancien Ministre de l'Intérieur et désormais Président de la République. Car, une fois de plus, dans le cas présent, cette famille, arrivée en 2001, a tout fait pour s'intégrer et posséder des papiers en règle ! Il faut ainsi savoir que le papa, maçon de son état, pourrait être embauché par au moins trois patrons, si seulement il était régularisé ! Et que dire des enfants (dont le plus jeune est né en France) qui sont scolarisés au village ? Va-t-on, pour des principes bassement politiciens et électoraux, les renvoyer dans un pays qu'ils ne connaissent pas, où ils n'ont aucune attache, aucun copain... A l'heure où tous les économistes disent que notre pays aura besoin de travailleurs venus de l'étranger pour les décennies à venir, je ne peux accepter cette situation. Ce n'est pas de cette France repliée sur elle-même, peureuse et égoïste, que je veux !

Michel Pineau
 En savoir plus :
- RESF
(Réseau Education Sans Frontière)
- LDH
(Ligue des Droits de l'Homme)
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 08:30
Un de ces jours derniers, écoutant les informations à la radio, j’ai été frappé par le télescopage de 2 faits divers, traités l’un après l’autre, sur le même ton.

Le premier : Balkany, Maire UMP de Levallois-Perret, a présenté à son conseil municipal une « demande de remise gracieuse » pour les 230.865 € de pénalités qu’il doit encore à sa commune, pour avoir utilisé illégalement les services de trois employés municipaux pour son compte personnel. Le second : à Laon, dans l’Aisne, un homme a dû creuser de ses mains la tombe de son père, faute de pouvoir payer les frais de mise en bière aux pompes funèbres.


Quelle tristesse ! Dans quel monde vivons-nous ? Pas question de sauvetage financier de l’Etat pour ce chômeur de 22 ans au RMI. Comble de la précarité : pour enterrer dignement son père, ouvrier agricole âgé de 55 ans  il a dû, avec quelques amis, creuser lui-même son caveau ! Cette scène, impensable au 21ème siècle, dans une France dite moderne, vient pourtant d’avoir lieu et ne serait pas si rare par les temps qui courent…

Par contre, pour ce proche de Sarkozy, qui a utilisé à son profit de manière éhontée les deniers publics et qui a  d’ailleurs été condamné pour cela (15 mois de prison avec sursis, deux ans d'inéligibilité, 30.000 euros d'amende et près de 120.000 euros de dommages et intérêts) on a l’air de trouver anodin qu’il ose, toute honte bue, demander aux contribuables de sa ville, ceux-là mêmes qu’il a lésés, de lui faire grâce de quelques malheureuses centaines de milliers d’€uros.

En réalité, vu l’ampleur de la somme en jeu, seul le ministre des finances est habilité à passer l’éponge ! Le titulaire actuel du poste, l’ineffable M.Breton, autre ami du candidat UMP à la présidentielle, saura-t-il remettre "la morale au cœur de la politique" comme le préconise son mentor, en obligeant Balkany à payer sa dette ? Il est hélas permis d’en douter, quand on voit l’habileté avec laquelle les tenants du pouvoir s’affranchissent allègrement des règles communes, tout en tenant avec véhémence des discours moralisateurs et convenus sur l’esprit citoyen et le respect de l’égalité de tous devant la  Justice !

Alors, je me dis que cette France que veut nous imposer la Droite, une France où les riches seraient toujours plus riches, plus aidés, mieux considérés et les pauvres toujours plus pauvres, plus faibles  et plus oubliés , moi, je n’en veux pas !
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 18:21
Début décembre, c'est à Draguignan, en compagnie de son suppléant Claude Roux, que Michel Pineau a participé à une action menée par le parti socialiste et notamment le Mouvement de Jeunes Socialistes afin de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à la nécessité de s'inscrire sur les listes électorales puis de voter en 2007.

Une opération très bien accueillie par les jeunes lycéens qui s'est prolongée, sur le marché dracénois pour une matinée qui aura permis de vérifier, si besoin était, l'envie de changement des français...




















  Infos + : 

Selon une étude de l'Assemblée nationale, deux millions d'électeurs potentiels ne sont pas inscrits sur les listes électorales, cinq millions selon les mouvements associatifs. Cela représente 12% de l'électorat !

Si vous êtes dans ce cas et que vous désirez prendre part aux échéances électorales de 2007, vous n'avez plus que quelques jours pour effectuer la démarche auprès de la mairie de votre domicile...


Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 11:05
Le 9 octobre 1981, il y a 25 ans, une phrase lapidaire publiée au Journal Officiel signait l'arrêt de mort de la guillotine : "la peine de mort est abolie".

Dès 1972, l'Union de la gauche avait inscrit l'abolition dans son programme commun et lors de la campagne présidentielle de 1981, François Mitterrand avait affirmé: "dans ma conscience, je suis contre la peine de mort". Six mois après l'arrivée de la gauche au pouvoir, la France mettait ainsi un terme à cette pratique que la Révolution avait souhaité "humaniser" avec la guillotine. Et pourtant, ses détracteurs n'avaient pas manqué de dénoncer la peine de mort des décennies plus tôt : en 1848 Victor Hugo s'élevait déjà contre une "barbarie" et en 1908, Jean Jaurès dénonçait le "dogme de la fatalité" qui "détourne les nations de la recherche des responsabilités sociales dans le crime".

Le 17 septembre 1981, le Garde des sceaux de François Mitterrand, Robert Badinter, prononce un discours enflammé à l'Assemblée nationale. "Aucun homme n'est totalement responsable, aucune justice n'est absolument infaillible, ce qui rend la peine de mort moralement inacceptable", lance l'avocat. "Une justice qui tue n'est jamais juste", explique-t-il, 25 après, dans un entretien à l'AFP, car avec la peine de mort "le crime change de camp".

25 ans après, alors que certains continuent à faire du rétablissement de la peine de mort leur fonds de commerce électoral, je pense qu'il était bon de se souvenir de ce 9 octobre 1981 qui marqua l'Histoire de France et de rendre hommage à François Mitterrand et Robert Badinter qui ont œuvré pour abolir cette sentence d'un autre temps.

Avec AFP
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 19:13
Malgré tous les efforts déployés depuis une vingtaine d'années, surtout de la part des associations caritatives, pour combattre les phénomènes d'exclusion, l'indigence est loin d'être éradiquée en Europe !

82 millions d'habitants y seraient d'ailleurs en situation de pauvreté.
Pire que tout, dans l'Europe des 25, 42 millions de personnes ne mangeraient pas aujourd'hui à leur faim !

Ce dénuement extrême, qui se conjugue souvent avec le chômage ou la précarité, est non seulement une véritable humiliation pour ceux qui en souffrent mais de plus elle est inacceptable, intolérable, écoeurante, au regard de nantis qui amassent des milliards d'euros de profits financiers !

A quand les états généraux Européens de la lutte contre la faim ?
A quand la mise en oeuvre d'un programme Européen d'aide aux plus démunis ?
La solidarité sur notre continent commence par là.
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 19:24

"Le CPE : il a disparu, il est mort, tout le monde le sait"... Celui qui fait ce constat est un expert en la matière puisqu'en 1994, il avait dû retirer le CIP, autrement connu sous le nom de SMIC Jeunes, devant l'impoortance des manifestations étuidantes.

Cela dit, tout aussi bien placé qu'il soit, Edouard Balladur a beau crier sur tous les toits que le CPE est mort, nous serons encore très nombreux et totalement déterminés à faire plier le gouvernement sur la question du contrat Première Embauche !

Personnellement, je serais demain dans le cortège de Draguignan pour exiger le retrait totale du CPE et de son grand frère le CNE.

Tous contre le CPE !

mardi 4 Avril

à 10h30,

Place de la Préfecture

Draguignan

Maj : J'étais bien entendu, comme prévu, présent dans le cortège qui a rassemblé encore une fois près de 3 000 personnes. La détermination de tous les participants reste très importante et malgré les semaines de lutte qui viennent de s'écouler, personne ne semble prêt à abdiquer devant le gouvernement. Le CPE ne passera pas, qu'on se le dise !

Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 17:38

Voici le type d’offre que l’on trouve dans les ANPE du Var. Peu de CDI (le Graal des chômeurs), et une majorité de CDD, intérim, CNE et autres déclinaisons aux noms barbares et aux critères fallacieux. Je vous propose de lire le témoignage d’un demandeur d’emploi croisé dernièrement à Draguignan. Il est édifiant et se passe de commentaire (pour préserver l’identité du témoin, son identité a été changée)...

Appelons-le Vincent. A 30 ans, il vit dans le centre-Var. Depuis des mois, voire des années, il accumule les CDD, les CES, les petits boulots, les contrats d’avenir et ou les heures de jardinage. Il est au chômage… Ces derniers mois, Vincent ne s’est pourtant pas croisé les bras. Il a fait la plonge dans un restaurant qui l’a employé sans contrat préalable, renouvelable à la journée. Une semaine non-stop, des journées de 12 h, payées 8. La précarité, il connaît ! Il a aussi connu les contrats horaires des mairies, mal payés et inadaptés (de 6h à 7h30 puis de 11h30 à 13h puis de 16h à 17h30… ). À peine de quoi survivre sans pouvoir s’en sortir.

Convocation obligatoire
Il y a trois mois, les ASSEDIC l’ont sèchement convoqué par courrier. Son tort, sa faute : il ne cherche pas assez sérieusement du travail… Son cas va donc être soumis au Préfet ! Comminatoire, la lettre ne dit rien de la suspension de ses allocations et c’est dans le stress qu’il attendra plusieurs jours que son compte soit finalement crédité des 500 € qui lui sont dûs. Il souffle… Jusqu’à la semaine dernière. Entre deux refus de candidature, le facteur lui apporte une nouvelle lettre des ASSEDIC. Son dossier intéresse vraiment beaucoup l’Etat !

Fliqué sur 5 ans !
En une semaine seulement, le voilà chargé de reconstituer cinq ans de recherche, de démarches. Il doit fournir un dossier complet : emplois, périodes de chômage, de maladie, justificatifs de recherche d’emploi… Le Jour J, il angoisse. Quoi de plus normal quand le pied au bord du gouffre, vous êtes jugé coupable à tort de ne pas vouloir travailler. Dossier en main, il se rend à Draguignan dans sa vieille voiture. Le déplacement est à sa charge, bien sûr ! C’est aussi lui qui a payé de sa poche les dizaines de photocopies car la machine des ASSEDIC est en panne et celle de l’ANPE ne délivre que trois copies par personne ! La responsable qui le reçoit est aimable, mais elle ne jettera même pas un regard au dossier patiemment et chèrement constitué. Plaidant la bonne foi, Vincent obtient gain de cause. La responsable reconnaît qu’effectivement il recherche un emploi mais « la réponse officielle vous parviendra par courrier plus tard ». Aucune excuse pour le stress, pour le dérangement, pour l’accusation injustifiée…

Vincent se sent un peu traqué, « comme si les chômeurs étaient de dangereux délinquants ». Coupables, peut-être, d’incarner l’échec du gouvernement face à la précarité.
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
24 mars 2006 5 24 /03 /mars /2006 22:22
Devant l'immobilisme et l'autisme du gouvernement, le parti socialiste Varois fait corps avec l'ensemble des confédérations syndicales et des syndicats étudiants et lycéens pour obtenir le retait du CPE.
 
C'est pourquoi, c
omme je l'ai déjà fait samedi dernier à Toulon, je serais présent, cette fois-ci à Draguignan, ce mardi 28 mars, dans le défilé de la manifestion exigeant le retrait du Contrat Première Embauche.



Je vous invite vous aussi à venir
grossir le flot des manifestants en nous rejoignant
:

 Mardi 28 mars
à 10h30
Devant la Sous-Préfecture
à Draguignan
(sous la banderole du PS)

Pourquoi je suis opposé au CPE ? A lire l'article que j'ai écrit le 7 février dernier...
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 00:00
Chaque 8 mars, c’est pareil… Comme un seul Homme, tout le monde se lève pour déclarer sa flamme à la Femme. Et ça dure depuis 1910, date de la création de la Journée de la Femme, idée reprise en 1982 par la France.

Une journée sur les 365 que comptent une année, c’est finalement bien peu pour défendre les droits de la Femme. Certes, c’est une bien belle idée, à première vue… Mais qui appelle de ma part à quelques interrogations que les esprits chagrins et les féministes  auront la gentillesse de ne pas prendre au pied de la lettre !

Faut-il donc une célébration de ce type pour se rappeler que la Femme est l’égale de l’Homme, qu’elle est avant tout un citoyen comme un autre ? Faut-il vraiment dédier une journée aux femmes pour qu’elles soient officiellement reconnues en tant que personnes ?

Certes, il ne faut pas nier que si de nombreux combats ont été gagnés en ce domaine au cours du XXe siècle chez nous, bon nombre de pays sont encore en retard à ce sujet. Mais doit-on en conclure pour autant qu’on peut fermer les yeux, le reste de l’année sur toutes les inégalités et toutes les violences dont les femmes sont victimes... des maux dont souffrent aussi parfois les hommes d’ailleurs ?

Notre société ne doit pas se résoudre, comme le veulent les partisans de la discrimination positive et autres communautaristes, à classer les citoyens en fonction de leur sexe, de leur couleur de peau ou de leur religion. Je n’accepte pas ce principe qui consiste à mettre les individus dans des cases, à les mettre une fois l’an en vitrine, comme ces boules de Noël qui sont bien utiles pour décorer le beau sapin de la démocratie…

À ce titre, je ne peux qu’être choqué quand je vois une chaîne de télévision mettre en place un plan de communication digne des plus grands événements tout simplement parce qu’elle embauche un présentateur noir (très professionnel au demeurant). L’important, pour ce média, n’est pas tant qu’il s’agisse d’un bon journaliste mais qu’il soit noir, représentant d’une minorité comme l’on dit maintenant…

Selon moi notre société mérite mieux que ces alibis ! L’égalité ne doit pas être un vain mot, ni l’exception un cache-misère permettant à bon compte de se donner bonne conscience en 24 petites heures !
Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article
7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 00:00
Tout ou presque a déjà été dit par la gauche sur le Contrat Première Embauche, le fameux CPE ! Inutile donc de revenir sur la rupture manifeste de ce nouveau contrat avec le Code du Travail et sur ses conséquences jugées néfastes par une grande majorité des Français.

Le CPE proposé par le gouvernement Villepin va à l'encontre de ma conception de notre société. La précarité que ce nouveau type de contrat va provoquer chez les jeunes est sans précédent, bien plus que les CDD ou l'intérim.

Dans le Golfe de Saint-Tropez, nous sommes bien placés pour observer les ravages de cette précarité. Combien de jeunes viennent, en effet, chaque année de toute la France pour "tenter leur chance" en se proposant comme vendeur, serveur ou livreur pour quelques semaines, quelques mois ?
Ces saisonniers, nous en connaissons tous, qui chaque été croient avoir trouvé chez nous un eldorado où le soleil fait oublier la pénibilité du travail ! Mais une fois septembre venu, après avoir été patiemment exploités, ils se retrouvent sans rien, ni emploi, ni logement et souvent même sans revenus. Car, non seulement ils travaillent sans s'arrêter pendant la saison estivale mais ils doivent aussi se loger et pour cela le plus souvent, dépenser l'argent qu'ils ont ainsi gagné !

Précarité de l'emploi connue certes, mais dont les ravages nous démontrent bien l'incongruité de ce CPE qui se propose, somme toute, de généraliser cette approche ultra-libérale du monde de l'emploi.


Est-ce vraiment cela que nous voulons pour nos jeunes ? Qu'ils soient  taillables et corvéables à merci pendant deux ans, avec pour seul droit, courber l'échine et travailler ? Devons-nous accepter la création d'un tel précédent où demain, si l'on y prend garde, ce ne seront plus uniquement les jeunes qui seront soumis à cette loi de la jungle mais l'ensemble des travailleurs ?

Il s'agit là d'un véritable choix de société !
"Marche ou Crève"  : personnellement, je ne peut me résoudre à penser que les Français soient prêts à vivre selon cet adage d'un autre temps !



Repost 0
Published by Michel Pineau - dans Société
commenter cet article